Histoire(s) de fous

Refermer Foucault ? (1)

Posted in Controverses by Guillaume Henchoz on 17 octobre 2009

Le jeune Michel Foucault lors de son séjour à Uppsala

Le jeune Michel Foucault lors de son séjour à Uppsala

Le numéro de septembre, Books revient sur une polémique qui s’est déroulée dans le monde scientifique anglo-saxon: et si Michel Foucault s’était trompé ?  la charge est lancée par Andrew Scull, sociologue à l’université de San Diego (Californie). Dans un article initialement paru dans le Times Litterary Supplement, le chercheur tire à boulet rouge sur la nouvelle traduction de l’Histoire de la folie, enfin disponible dans sa version complète en anglais. Que reproche-t-il à Foucault exactement ? Deux choses essentiellement. Le philosophe ne serait pas vraiment porteur de nouvelles idées sur la maladie mentale et la psychiatrie. Mais surtout, ces thèses seraient fort mal étayées.

D’après Scull, Foucault se contente de reprendre à son compte une volée de critiques exercées par d’autres chercheurs qui lui sont contemporains. Scull cite notamment Ronald D. Laing, ancien psychiatre écossais extrêmement critique par rapport à sa discipline. Tout comme Foucault, Laing remettait en compte l’opposition entre le normal et le pathologique qui était un lieu commun de l’époque. Scull mentionne également les travaux d’Erving Goffman dont l’ouvrage principal sur le sujet, Asiles, faisait le lien entre les hôpitaux psychiatriques et les camps de concentration. Même si le livre de Goffman est paru en même temps que l’Histoire de la folie à l’âge classique de Foucault, cela suffit à Scull pour affirmer que le philosophe n’était ni en avance, ni en retard mais bien dans l’air de son temps. La critique du sociologue américain prend en fait les contours d’une forme d’hommage, à y regarder de plus près. En fait, Pour Scull, le principal mérite de Foucault – c’est déjà ça – est d’avoir rendu accessibles un certain nombre d’idées qui circulaient dans des cercles fermés d’historiens des maladies mentales et de la psychiatrie.

Il a sans conteste contribué à donner à son sujet une place centrale et à arracher l’histoire de la psychiatrie aux griffes d’une alliance d’historiens administratifs atrocement ennuyeux et de psychiatres gâteux (Scull, Michel Foucault, crépuscule d’une idole, Books no 8, p.49)

La principale critique de Scull à l’égard de Foucault n’est pas là. Il en est une qui fait beaucoup plus mal et repose sur les sources utilisées par le philosophe français. Son Histoire de la folie ayant été tracée lors de son séjour à l’Université d’Uppsala, en Suède, Foucault aurait plongé dans un corpus de documents qui ne lui aurait pas permis de tirer une hypothèse aussi générale que celle affirmée dans son ouvrage.

Les sources secondaires sur lesquelles s’appuient Foucault pour les passages les plus célèbres de son texte sont à l’évidence si datées et inadaptées à la tâche et la lecture qu’il en fait est si souvent imaginative, qu’il mérite un blâme. (Scull, Michel Foucault, crépuscule d’une idole, Books n0 8, p. 51)

Scull démonte méthodiquement les théories de Foucault dès qu’elles s’appuient sur des sources non francophones. Et l’argumentation du sociologue semble tout à fait se tenir. Il met en lumière les faiblesses et le les incohérences du raisonnement de Foucault de manière quasi empirique et irréfutable.

Foucault s’embrouille dans l’histoire de Bethléem (The Betlem Royal Hospital) « Du jour où Bethléem, hôpital pour les lunatiques curables, fut ouvert aux cas sans espoir (1733), soutient Foucault, il ne présenta plus de différence notable avec nos hôpitaux généraux ou avec n’importe laquelle de nos maisons de corrections. » Et il parle de la « reconstruction de Bethléem en 1676. En réalité, cette année-là, l’établissement avait quitté ses anciens locaux du vieux monastère de Bishopgate pour emménager à Moorfields, dans un somptueux bâtiment neuf conçu par Robert Hooke. (Scull, Michel Foucault, crépuscule d’une idole, Books no 8, p. 50)

L'ouvrage de Foucault, l'Histoire de la folie à l'âge classique, n'a été disponible en anglais dans sa version intégrale qu'en 2007

L'ouvrage de Foucault, l'Histoire de la folie à l'âge classique, n'a été disponible en anglais dans sa version intégrale qu'en 2007

Le philosophe se retrouve donc épinglé sur l’utilisation de certaines sources historiques. Certes, les points abordés par Scull concernent un corpus de sources qui se limitent à des documents rédigés dans des langues étrangères à Foucault, Mais le philosophe s’est par ailleurs illustré dans d’autres circonstances face à des historiens qui remettaient en question sa lecture et l’organisation de ses sources. Son surnom de « hussard de l’histoire » est certainement mérité et pas seulement pour désigner le chercheur qui fait fi des différentes chapelles meublant le découpage de l’histoire par les historiens. En remettant en question les analyses portées par Foucault sur des sources anglophones, Scull s’attaque en fait au coeur même de la thèse de Michel Foucault. A savoir, l’âge classique fut l’âge du « grand renfermement ». Foucault voit au milieu du XVIIe siècle l’émergence d’une nouvelle manière d’appréhender la folie, exclusive. Avant cette période, les fous faisaient partie du paysage en Europe. Après, on les retrouve enfermés. Entre l’expérience de la folie à l’époque de Montaigne – la Renaissance – et celle à l’époque de Descartes – l’âge classique – il y aurait une frontière, une ligne de démarcation qui va rendre impossible la reconnaissance d’une « raison déraisonnable » . Désormais, selon Foucault,  la folie se retrouve exilée, enfermée, institutionnalisée. Et c’est là que Scull porte l’estocade finale :

L’idée d’un « grand renfermement » en Europe dans ces années-là est mythique. Il n’y a jamais eu d’incarcération massive dans l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles, que l’on s’intéresse aux fous, qui étaient encore pour la plupart en liberté, ou à la catégorie des oisifs ou des gens moralement douteux. Et comme le soutiennent Gladys Swain et Marcel Gauchet dans la Pratique de l’esprit humain, même pour la France les thèses de Foucault sur l’enfermement des fous à l’âge classique sont extrêmement exagérées, voire fantaisiste: même à la fin du XVIIIe siècle, on comptait moins de cinq mille internés, soit une infime minorité des fous qui étaient encore dispersés au sein de la société. (Andrew Scull, Michel Foucault, crépuscule d’une idole, Books no 8, p. 52)

Difficile de défendre encore la posture foucaldienne sur la rupture paradigmatique entre folie et raison au XVIIe siècle. Faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ? Pas forcément. Au-delà des erreurs de dates et des mauvais usage de sources, il y a une autre hypothèse de Foucault, plus philosophique celle-là qui me semble pouvoir subsister. Il s’agit de postuler l’existence d’une folie qui se constitue comme le double négatif de la raison. Cette raison occidentale qui nous meut. Encore.

Tagged with: , , ,

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] nous avons pu le constater dans un billet précédent, le travail de Michel Foucault présente de graves lacunes du point de vue historique. Toutefois, […]

  2. Twitted by Chacaille said, on 17 octobre 2009 at 11:11

    […] This post was Twitted by Chacaille […]

  3. L'Esprit frappeur said, on 19 octobre 2009 at 12:51

    A lire également la polémique autour du dernier ouvrage de Quetel sur l’histoire de la folie. Ce dernier remet en question les grandes hypothèses développées par Foucault

    http://www.idee-jour.fr/Est-il-permis-de-critiquer-en.html

  4. jean said, on 27 juin 2010 at 6:48

    « Au-delà des erreurs de dates et des mauvais usage de sources, il y a une autre hypothèse de Foucault, plus philosophique celle-là qui me semble pouvoir subsister. Il s’agit de postuler l’existence d’une folie qui se constitue comme le double négatif de la raison. »

    Oui, et d’autres grandes oppositions, l’Ouest/l’Est, le Sud/le Nord, le Chaud/le Froid dont il faudrait postuler (pas démontrer, surtout pas) l’existence. Ah postuler, cela vous a tous les avantages du vol sur la travail honnête sans en avoir aucun des inconvénients. C’est chouette la philosophie.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :