Histoire(s) de fous

Lire le délire : La littérature au service de la psychiatrie

Posted in Lectures by Guillaume Henchoz on 19 octobre 2009

Une idée reçue veut qu’il n’y aurait pas eu de thérapie par le langage avant le développement de la psychanalyse par Freud au début du XXe siècle. On sait maintenant que cela est inexact. Le « traitement moral » administré par les aliénistes tout au long du XIXe faisait la part belle à l’énonciation de la folie sous ses différentes formes.

Juan Rigoli, professeur de littérature à L'Université de Genève

Juan Rigoli, professeur de littérature à L'Université de Genève

Dans l’ouvrage qui reprend les grandes lignes et les hypothèses de sa thèse de doctorat, Juan Rigoli, professeur de littérature à l’université de Genève, dresse la généalogie de la relation qui se tisse entre la psychiatrie et la littérature. Il met à jour le le lien complexe qui existe entre l’aliénisme naissant et différents types d’énonciation littéraire. Lire le délire change en effet de focale. L’histoire de la maladie mentale et de l’aliénisme s’est surtout vue abordée par différents biais  institutionnels, politiques, médicaux, mais jamais encore littéraires. Ce déplacement permet à Juan Rigoli d’éclairer un corpus de sources pour le moins original, nous donnant à voir des textes que nous n’avons jamais pensé pouvoir chercher.

Le chercheur commence par décrire la pratique des aliéniste au début du XIXe siècle. Ces derniers se retrouvent confrontés à de nombreux problèmes liés à l’application des règles anatomo-cliniques de la médecine dans le champ d’application qui leur est propre : la maladie mentale. L’injonction de Bichat, « Ouvrez les cadavres! », ne suffit plus. Les corps des aliénés ne parlent pas aux médecins. Il faut développer une autre approche, apprendre à porter un nouveau regard.

Car c’est bien l’émergence d’une nouvelle discipline du regard que nous décrit Juan Rigoli dans la première partie de son essai. En développant l’art de lire les signes de la folie, les aliénistes vont en fait élaborer un axiome qui a toujours cours au sein de la psychiatrie : on part du présupposé assumé que la folie se donne à lire, à déchiffrer, à interpréter, comme un texte ou un langage. On voit dès lors dans quelle direction se dirige le professeur de littérature. Il s’efforce de tisser des liens entre l’analyse littéraire, le goût de la littérature et la psychiatrie.

Juan Rigoli, Lire le délire, Fayard, 2001, 694 p.
Juan Rigoli, Lire le délire, Fayard, 2001, 694 p.

La lecture de la pensée des malades fait alors place à au déchiffrement de leurs délires verbaux, à l’analyse de leurs récits tant oraux qu’écrits. Les aliénistes ont alors tout intérêt à utiliser les outils de l’analyse littéraires, les figures de styles, et à la rhétorique pour mieux percer les pathologies de leurs patients à travers leurs différents modes d’énonciation. Cette approche, Juan Rigoli la qualifie de « symptomatologie linguistique ». Elle se fonde à la croisée de la médecine et de l’analyse textuelle et elle n’est pas sans créer de nouvelles modes. De nombreux aliénistes deviennent ainsi des bibliophiles passionnés. Ils se mettent à faire éditer certains textes de leurs pensionnaires, ils les collectionnent, se les échangent.

Au-delà de l’étude des pratiques de guérison à travers les premiers pas de la thérapie par la parole, c’est aussi la généalogie d’une esthétique de la folie que met en lumière l’ouvrage de Juan Rigoli. A la lecture de Lire le délire, je ne peux m’empêcher de penser à l’Art brut. Catégorie élaborée en grande partie dans et par  le champ de la psychiatrie, l’Art brut est peut-être un beau reste de ce premier regard porté par les aliénistes sur la folie. Mais dépourvu de son appareillage médical, il se retrouve réduit à sa simple dimension esthétique.

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Twitted by Chacaille said, on 19 octobre 2009 at 12:35

    […] This post was Twitted by Chacaille […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :